Saison 3.5 : Bande de Barakis, Bordel !

detritus.jpgEn cette sombre matinée d’hiver, Bobonne se rendait béate à Bouillon voir une amie.
C’était la bonne nouvelle dans cette semaine de cieux brelliens où n’importe quel canal se serait pendu.
Une centaine de kilomètres pour s’enfoncer dans l’Ardenne profonde, du quatre bandes bien sec et peu fréquenté, elle pouvait se laisser aller à rêvasser et admirer le paysage.
Plus on s’approchait de la perle de la Semois, plus on traversait de magnifiques forêts que la grisaille ambiante n’enlaidissait même pas.

Les arbres défeuillés, les herbes jaunâtres étaient ravivés par les épicéas fiers de garder leurs couleurs.
Bref, c’était beau.
Et puis, à partir de Bièvre, je remarquai des taches de couleur incongrues parsemant les bas-côtés comme si le printemps faisait une tentative anticipée d’éclosion.
Las ! Ce n’étaient ni primevères ni coquelicots prématurés.
Des détritus ! Sans doute la végétation basse hivernale ne cache-t-elle pas ce qu’elle camoufle plus facilement en été ?

Bâtards, Beaufs, Bachi-Bouzouks et toutes les injures du capitaine Haddock ne suffiront pas à calmer ma colère !
Comment comprendre que tous ces abrutis qui ont certainement dû être sensibilisés à la pollution dès la maternelle puissent balancer leurs poubelles par la fenêtre sans la moindre honte ? A parier que ce sont les mêmes qui bichonnent leur voiture le week-end à grands coups d’hectolitres d’eau potable !

Oui, dans les années soixante, tout se jetait dans la rue nettoyée par des armées de balayeurs.
Oui, je confesse qu’il m’a fallu du temps pour ne plus me débarrasser sauvagement de chewing-gum et autres mégots (pas du contenu du cendrier, hein !) par la fenêtre mais de là à virer canettes, papiers, et tout ce qui me gêne dans l’habitacle, jamais ! Trop bien embrigadée dans la mentalité scoute écolo avant l’heure.
Non, maintenant, je suis la Bobonne qui lave blanc !
Il y a quelques mois, un Branquignole, après un dépassement hasardeux voire queue-de-poissonnesque, jette devant moi une canette qui rate de peu mon pare-brise !
N’écoutant que mon courroux, je le prends en chasse au volant de mon bolide de 10 ans d’âge, prête à dégainer une rafale, non de plombs comme j’en aurais l’envie, mais de photos compromettantes. Bon, d’une main, ce n’est pas facile et dangereux et le Bougre dépasse largement la limitation de vitesse mais finalement j’y arrive et surtout mémorise le numéro de plaque (Bobonne a encore de bons restes question mémoire).
Et puis ?
Ben je n’ai rien fait, j’ai toujours le numéro mais plus la photo quelle preuve à donner ?
Que faire ?
Moi ce que j’aimerais, c’est qu’on fasse passer par le "bas" de ce Branleur, le contenant de ce qui l’a abreuvé par le haut et lui faire bouffer ses boules, tant qu’à faire !

Mais ça ne se fait pas, je crois, bordel !

Baraki, typiquement belge ! 
J'aurais aimé pouvoir agir comme " sur cette vidéo " mais je n'ai ni la voiture ni la stature !

Sinon, amis lecteurs, je profite de cette Bonne Brève pour vous conseiller ce site Short Edition, plateforme littéraire communautaire dédiée aux formats courts : nouvelles, micro-nouvelles, poèmes et BD courte. Pour tous ceux qui aiment lire et écrire. J’y participe à une compétition "Récit très très court avec comme thème Apparition ", pour voter pour moi c’est ici .

Image libre de droit provenant du site Pixabay

PS : Je me suis mis un petit challenge, combien de mots avec B ? ;-)

Facebook

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://accessit.be/index.php?trackback/127