08/05/2018

Saison 2.22 : Hé, toi, le connard !

mort-maurane.jpgIl y a 40 ans, en mars 78, tu venais à peine de priver la planète du King que le Cloclo des jeunes était envoyé ad patres par un stupide faux-contact, ça ne m’émut que peu mais on adorait rigoler sur ses chorégraphies, rhâ, aaah ! On chantait Alexandrie.dra le week-end de sa mort à la fête d’unité, ça a jeté comme un froid.

Probablement pour faire bonne mesure entre la variété populaire et celle de qualité, tu nous arrachas le grand Jacques en octobre. « Ne me quitte pas » à répétition lancinante m’avait énervée petite alors que les affres de l’amour m’étaient étrangères, mais là, j’étais à fond sur « L’homme de la Mancha »*, plus en adéquation avec mes désirs et interrogations personnelles.
La quête du Graal et de l’impossible amour, à 20 ans ça parle, je connais les chansons par coeur pouvant vocaliser de Sancho à Dulcinea en passant par Don Quichotte avec une maestria que moi seule dois apprécier !

Lire la suite...

18/02/2018

Saison 2.17 : Liberté chérie

cadenas.jpgÀ quel âge ai-je compris qu’il fallait obéir ?

Très tôt probablement malgré cette époque transitoire où l’enfant devenait prince mais pas encore roi.

Des tas de consignes et d’interdits à assimiler et heureusement à transgresser ; on devait être polis, respectueux, discrets, "les enfants sont faits pour être vus mais non entendus" ironisait mon père citant fièrement le sien, officier, que je ne regrette pas trop de ne pas avoir connu au vu de sa mine sévère et de sa moustache hitlérienne, conservée alors qu’il avait pourtant combattu le dictateur pour nous libérer (comme quoi la mode a de ces limites) !

Lire la suite...

22/01/2018

Saison 2.13 : Helpdesk 

helpdesk.pngJe ne suis pas, du tout, patiente, on pourrait même dire que c’est mon monumental défaut qui évidemment s’aggrave avec l’âge. La lenteur et l’incompétence sont des tares qui me font passer le cœur en tachycardie et le sang de 37 à 45 degrés dans la seconde, ce qui n’est bon pour aucun cerveau.
Le Service Après Vente est donc une torture particulièrement asiatique en ce qui me concerne.

Tout a dû être dit sur cette a priori facilitation de la vie, néanmoins, ça me fait du bien d’y revenir.

Lire la suite...

04/12/2017

Saison 2.6 : Noir ... noir ?

noir.jpgNotre deuxième roi, Léopold II, colonial éclairé devenu habilement chef officiel du Congo avant de le léguer à l’État belge, a joyeusement spolié ses richesses aidé par l’Église qui grâce à de pieux missionnaires ne faisait pas mieux en aliénant les esprits (jugement de valeur qui n’engage que moi).

En 1960, mes deux oncles militaires expatriés dans cet immense territoire africain furent obligés de rentrer fissa dans la mère patrie, ça chiait grave à Léopoldville où Mobutu, renversant une révolution négociée plus ou moins à l’amiable, sous des dehors d’abord de pacificateur, avait probablement décidé que ce serait lui qui jouirait désormais des richesses de son pays, sceptre à la main et toque de léopard au vent.*

Malgré le coup d’état, les bonnes sœurs continuèrent à être d’une charité toute catholique vis-à-vis des "pauvres petits noirs" qui mouraient de faim.
Ma première rencontre avec l’existence de la négritude était cette tire-lire trônant sur le bureau de l’institutrice, figurine dont la tête opinait en disant merci quand elle avait le bonheur de recevoir notre obole et nous celui d’être des chrétiennes généreuses pour l’enfance nécessiteuse.
"Tintin au Congo" de Hergé, acheva de me faire penser que ces êtres qui parlaient sans "R" et nous appelaient "missié" avaient besoin d’aide.
Pour moi, les noirs étaient malheureux, à accueillir et à protéger, ce ne fut que plus tard que je compris, aidée par Martin Luther King entre autres, qu’ils étaient maltraités et pas qu’en Afrique.

Lire la suite...

26/11/2017

Saison 2.5 : #MeToo

metoo.jpgDans cette rue bourgeoise déserte, il avançait d’un pas sûr, les pans de son imperméable voletant, au moment de se croiser, je remarquai de suite que quelque chose d’autre prenait l’air. Sur le coup je trouvai comique qu’on oublie à se point-là de remonter sa braguette surtout en l’absence de slip.
Il ne faisait même pas chaud.
Rentrée à la maison peu après ma sœur qui était encore en primaire, ma mère me demanda de suite :
- Tu n’as rien vu de bizarre ?
- ?
- Un homme ?
- Ah si ! C’était marrant, son zizi ballottait !
Enfin, j’ai sans doute dû dire balançait mais certainement pas branlait, en ce début d’adolescence, je ne connaissais ni le sens propre et encore moins le sens figuré de ce verbe.
Ça n’a pas traîné, un coup de fil plus tard et les flics débarquaient et nous eûmes droit à une visite exaltante de repérage du quartier dans le combi VW, on ne le revit jamais mais franchement, en fait, rien que pour la balade, j’aurais bien voulu recroiser pervers pépère !

Lire la suite...

26/06/2017

Semaine S-16 : Xénos-phobos

xenophobie.jpgLa peur de l’étranger est, je le crains, intrinsèque à la vie, y a-t-il une seule espèce vivante qui accueille l’inconnu sans méfiance ?
Instinct de survie dirais-je.
En cas d’intrusion, les chiens aboient, les chats feulent, les oiseaux s’envolent et si un animal s’approche d’un autre c’est généralement qu’il a faim, à peine une métaphore dans les sociétés humaines qui phagocytent les faibles.
Tous les enfants règlent leur comportement social sur ce qu’ils voient autour d’eux et dans les années d’or, on se méfiait des étrangers.

Lire la suite...

23/01/2017

Semaine S-38 : Politique, Bobonne ronchonne grave !

bbb-fachee.pngBobonne a toujours dit que la politique l’intéressait dans la mesure où cette dernière s’intéressait à elle comme au reste de la population, n’y voyez pas d’égocentrisme.

La première fois qu’elle a pu, oui c’est un privilège, voter aux élections communales uniquement, elle avait 18 ans, alors que la majorité légale était encore de 21 ans (jusqu’en 1990), bizarrerie d’être admise à choisir un représentant sans être reconnue responsable de ses actes !

Auparavant, pour un enfant, le jour des élections, c’était un peu carnaval (pour beaucoup d’adultes aussi en fait).

Lire la suite...

30/05/2016

La grève.

greve.pngC’est un Zaki social paraît-il. Ça veut dire que quand tu as décidé d’en avoir ras-le-bol du patronat ou du gouvernement qui ne t’écoutent pas, tu arrêtes de travailler pour les faire chier via le peuple. Surtout le peuple, car le patronat et le gouvernement que tu conspues, ont leurs chauffeurs et autres employés dévoués pour garder leurs enfants, par exemple. La grève t’a fait obtenir des tas de Zakis à une époque où la discussion avec les travailleurs n’était même pas envisageable. Et ça, c’est bien.

Lire la suite...

14/10/2015

Les bêtes et ceux qui les aiment.

J’aime les animaux, ne zappez pas, lisez ... A 10 ans je voulais être vétérinaire, à partir de 14 ans, liberté aidant, j’ai introduit à la maison plus ou moins licitement, souris blanches, hamsters, gerboise, poissons (exotiques ou non), perruches, bengalis, poussins et un chien de la SPA que je me suis « offert » pour mes 18 ans. Ben oui, un animal n’a guère le choix de sa vie (R.I.P. mon Patty que je n’ai pas pu appeler Pirate, puisqu’ accueilli illégalement, concession faite à ma mère qui ne trouvait pas ce nom convenable).

Lire la suite...

10/08/2015

Monsieur Donald Trump,

trump.jpgQuand il y a quelques jours les premiers échos des meetings des primaires américaines ont commencé à envahir les rédactions médiatiques dans ces bien calmes journées estivales, l’idée m’est venue immédiatement de publier sur mon mur Facebook quelqu’ironie bien sentie sur votre look car dans l’alignement de candidats en uniforme bleu marine à cravate rouge, avec votre mèche rebelle peroxydée sixties, il n’y a pas à dire, vous sortiez du lot !

Lire la suite...