pieds-junior.JPG, janv. 2022 Il faut reconnaître que par rapport à la mise en prison sans solution de 2020, l'année 2021 que tant de monde dénigre, ne fut pas si mal que ça !

Et même très bien pour Bobonne !

Le printemps a vu deux faucons crécerelles nidifier sur son appui de fenêtre, deux couples d’hirondelles faire de même sous la terrasse couverte et deux majestueux cygnes agrandir la faune sur l’étang d’en face ! Soit 17 oisillons arrivés à maturité, une vraie nursery à observer avec ravissement à Vervoz !

Mais le pompon de ce pic de naissances fut l’arrivée tant attendue de son premier petit-enfant à l’été !

Quel soulagement, enfin son tour de montrer une photo du demi-dieu au lieu de subir cette démonstration ostentatoire de toutes ses copines, déjà bobonnes depuis des lustres, le doigt scrollant plus vite que leur ombre l’écran poli de leur smartphone qu’elles dégainent en chaîne avec un contentement jubilatoire dès que l’une parle des derniers progrès de sa petite-progéniture !

Les (ex) salopes, mais pas autant que celles au grand cou (Relire "Petite") !

Par respect pour la patience de ses connaissances et amis, elle est restée discrète sans étaler son bonheur sur les réseaux, attendant le faire-part officiel qui ne vint jamais. Ce n’est pas comme si la maman était graphiste !

Pour le reste, notre bougonne s’est mise à aimer la Covid, même se faire piquer tous les trois mois par une infirmière sympa la rassure en plus d'être gage d'une petite sortie qu'elle s'autorise enfin.

Le masque, par contre, c’est l’horreur, en moins d’une demi-heure, comme une réminiscence de ménopause, en sueur, Bobonne à l’impression de s’intoxiquer elle-même cependant, un avantage, plus de maquillage de boutons nécessaire.
En 20 minutes dans un magasin, agrippée à ton caddie soigneusement désinfecté, qui va critiquer que tu n’as pas de soutien-gorge, que t’es en training avec tes chaussures les plus confortables ?

T’as ton masque, c’est tout ce qu’on regarde !

Le deuxième avantage est qu’on ne doit plus faire la bise à qui que ce soit et même repousser certains velléitaires ! Ce calvaire qu’était, depuis l’enfance, embrasser tout le monde sous peine d’impolitesse est enfin terminé !

Vive le « namasté » !

On n’est plus obligé de dire quel est le dernier film qu’on a vu au cinéma et qui remonte à Mathusalem (par contre Netflix, on suit), on peut juste raconter qu’on a fait un bon restaurant et qu’on a lu des tas de livres.

Ça fait toujours bien de dire (ce) qu’on lit.

Quel plaisir de ne pas pouvoir faire du shopping ou sortir et s’habiller pour voir un spectacle et devoir rentrer en ayant bu un verre de trop pour la loi puisqu’il n’y a pas de taxi qui va jusque chez toi ! Mais Bobonne a la chance de vivre très près de restaurants étoilés ou excellemment gastronomiques, avec terrasse, perdus dans les campagnes et ça ce n’est que du bonheur !

Que se passera-t-il en 22 ?

Probablement pas de nouvelle naissance familiale, simplement la jubilation de pouvoir commencer à parler avec ce petit microbe, oui, les bébés ne sont pas le fort de la néo-grand-mère !
Comme elle et sa fille ont dit leurs premiers mots à huit mois (eh oui !) et qu’à six mois, il commence à énoncer des « papa, maman » assez convaincants, on peut espérer que junior soit à peu près sur la même veine, donc les longues conversations philosophiques (comprenez triviales) avec un enfant d’un an ne vont pas traîner !

Pour 2022, je vous souhaite donc de pouvoir réaliser toutes ces petites choses que vous ne pouviez plus faire ou avez souhaité vivre un jour !

Et merci de continuer à lire Les billets d'une Bobonne Bougonne !

les-bebes.jpg, janv. 2022

PS : Ce petit a mon sourire et mes pieds !

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://accessit.be/index.php?trackback/143