Saison 2.11 : La carte mystère

Réflexions humoristiques d'une sexa.

Billet

bonne-annee-2018.jpgIl a suffi que je parle de la disparition des bons vœux épistolaires pour que deux jours plus tard trois enveloppes me narguent dans la boîte aux lettres !
La première était adressée et Monsieur et madame Prénom Nomdemonmari.
Comment dire pour rester polie et ça me coûte : ça m’énerve !

Je n’ai jamais compris cette négation même de l’existence d’une personne, pourquoi une femme dès qu’elle est mariée devrait-elle perdre ses nom et prénom pour devenir la madame de Monsieur ?
Cette semaine, dans mon quotidien, c’était l'annonce du décès d’une Madame Prénom + Nomdumari sans même mention de son nom à elle, qui m’aurait bien poussée à apprendre à voler à la dite chronique nécrologique par le biais de la création d’un avion supersonique en papier journal !
Quoi ? Même sa mort est sans personnalité et réduite à la disparition de la chose du mâle !
Je n’ai jamais compris ça, je pensais que la galanterie laissait passer les femmes devant. J’ai toujours conservé mon nom sauf quand je téléphonais au sujet de mes enfants ou que je le combinais au nom de mon mari quand nous avions une communication commune à transmettre.


jesus-sauveur.jpgMais bon, je diverge, la carte en question était une jolie photo d’une famille nombreuse souriante de catholiques très pratiquants et très vieux jeu (mais plus jeunes d’une bonne dizaine d’années que nous, enfin, mon mari et accessoirement moi). Au verso (ci à droite), une image religieuse que même mes grand-mères auraient trouvée ringarde, assortie d’une parole chrétienne.
Si, ça existe encore ! Ça fait peur ! Opus Dei* : vade retro Satanas !

La deuxième, d’une élégante écriture était adressée à Madame Prénom Monnom et Prénom Nomdemonmari.
Celui-là me connaît !
C’était celle d’un ami, confrère et excellent peintre, j’avais oublié que, très vieille France, la mise toujours soignée, il faisait partie des irréductibles épistoliers et que presque chaque année nous avons droit à une œuvre unique de qualité sobrement signée à l’arrière, comme il me lit depuis peu, je lui dis merci et que je l’attends à Vervoz pour une lecture papier qui lui conviendra mieux !
chevres.jpg

La troisième m’était uniquement adressée. Le cachet sur le joli timbre représentant un sapin bien garni était illisible et il n’y avait pas d’expéditeur.
Suspense.
Je retrouvai la fébrilité de ma jeunesse en déchirant l’enveloppe presque sauvagement.
La carte était double, comme dans mes souvenirs d’enfance, avec de la neige, des gens heureux et des paillettes.
Avant le texte, je regardai la signature, Pauline (prénom d’emprunt).
L’ennui, c’est que j’en connais cinq mais pas leur écriture, j’allais devoir faire preuve de déduction.

Ça ne pouvait être "celle-là" car depuis qu’elle m’a escroquée, il règne entre nous un froid polaire, que dire, une banquise, qu’aucuns bons vœux ni même un réchauffement climatique ne pourront jamais faire fondre.

La deuxième, rencontrée sur un forum photo et avec laquelle j’ai eu de bonnes parties de rigolade sur MSN et même dans la vraie vie, ne me fait plus guère signe sur Facebook et n’a jamais eu l’air de s’intéresser à mes billets.

La troisième, drôlissime cousine par alliance, emportée qu’elle est dans ses nouvelles fonctions officielles d’importance, ne connaissant sans doute pas ma récente passion, n’a probablement pas ni l’idée ni le temps de me faire des surprises.

Reste deux.

Le texte est adorable, les deux femmes sont de vraies gentilles.

pauline.jpg Une, avec laquelle j’ai usé mes jeans à des cours d’Archi soporifiques tout en chafetant** à l’occasion, commente et like volontiers mes Billets (ce que j’aimerais que vous fassiez tous plus régulièrement, ceci dit en passant), est plutôt du genre éducation classique mais à mon avis fort occupée aussi pour me faire un clin d’œil.

Quant à la dernière, elle semble être la meilleure candidate à cette facétie amicale.
Amie d’amies, on s’est rencontrées à un souper "Desperate Housewifes" il y a quelques années, la sympathie mutuelle a été immédiate.
Comme elle ne pratique pas les réseaux sociaux, ce n’est que très récemment (pour être exacte à la soirée racontée ici) qu’elle a découvert et apprécié mes talents cachés puisqu’elle m’en a parlé avec enthousiasme à l’apéro dînatoire suivant.
Contente de ma petite déduction Marpelienne*** je lui envoie un texto de remerciements tout en rétrocédant mes vœux et banco j'avais vu juste !

Lisez ce joli texte car oui, il existe encore des gens qui écrivent à la main autre chose que des banalités.

* Je ne veux pas préjuger de l'intensité de leurs convictions mais voici ce qu'est l'Opus Dei 
** Chafeter : papoter mot wallon ressemble étrangement à chater ... 
*** Des fois je m’identifie à mort à Miss Marple, l’héroïne d’Agatha Christie !

C'est avec tristesse que j'ai appris le décès de France Gall jeune septa qui a bercé et balancé tellement de mes soirées dans les eighties. En espérant qu'il existe des paradis blancs.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://accessit.be/index.php?trackback/93