Les Billets d'une Bobonne Bougonne

Réflexions d'une quinqua bientôt sexa en décompte hebdomadaire.

20/03/2017

Semaine S-30 : Les bras de Morphée.

sommeil.jpgCe divin éphèbe* m'a toujours touchée de sa grâce et je suis capable de m'endormir absolument partout. Je me demande même si je ne détiens pas un petit record de lieux insolites par rapport à la moyenne.
J'ai dormi sous tente, souvent, sous 20 cm de neige à Vielsalm, au milieu des myrtilles au Québec, y compris dans la brousse zambienne au plus près d'un feu censé éloigner les fauves, à la belle étoile dans les champs au son des cigales, sur des plages avec le ressac comme délicieuse berceuse, sur du béton dans le garage d'une cure, dans le hall de gare d'Avignon, sur des bancs publics, dans un sauna finlandais abandonné, hélas pas par le moustique qui me transforma la bouche en bec de canard !

Lire la suite

13/03/2017

Semaine S-31 : La télévision, ma meilleure ennemie.

courrier-course.jpgJe suis née un an après le premier journal télévisé 100% belge à une époque où la RTB n'émettait que quelques heures par jour.
Ça fait vieux !
Tout comme me dire que ma grand-mère paternelle est née un an avant l'invention du cinématographe des frères Lumière (1895) et mon père un an après la sortie du premier film parlant (1927) !
Comme quoi, dans la famille, on sait reconnaître les dates importantes pour gaiement vagir dans ce monde impitoyable mais entouré de merveilleux télévisuel.

Lire la suite

06/03/2017

Semaine S-32 : Scoute toujours!

patrouille.jpgLe scoutisme a une aura mitigée. Entre les passionnés et les détracteurs, il y a pléthore d'arguments.
Ceux des contre : espèces de fascistes, attardés, démodés, cathos, de droite, etc.
Ceux des pour : le monde merveilleux des vie en société, partage, altruisme, respect des autres et de la nature, engagement, tradition, etc.
Ceux des ultra contre : pédophilie, uniformité, beuveries (ce qui devient vrai) et sans doute bien d'autres critiques.

Lire la suite

20/02/2017

Semaine S-34 : Ma sœur.

sabine.jpgIl y a vingt-cinq ans, le 17 février, tu disparaissais de ma vie.
Toi ma petite soeur fragile mais forte, timide mais drôle, toi mon unique fratrie alors que je me rêvais enfant de famille nombreuse, idéalement au milieu car ils bénéficient d'une moindre focalisation que les premiers nés et d'une moindre protection pathologique que les benjamins. Interprétation totalement subjective, puisque j'étais l'aînée et toi la cadette.

Lire la suite

13/02/2017

Semaine S-35 : La visite gynécologique.

gyneco.jpgÂmes sensibles s'abstenir.
Grande angoisse de toute teenager, ma première visite gynécologique fut d'un altruisme total.
Sans petit ami, sans vraie relation sexuelle en vue ni passée, j'accompagnai ma meilleure amie qui jouissait de ces deux caractéristiques, la salope.
On s'aide entre adolescentes mais franchement se taper le planning familial uniquement par amitié, avouez que j'avais du mérite !
J'étais juste décomplexée puisque je pouvais dire : « c'est pas pour moi, c'est pour ma copine » comme quand on justifie en balbutiant les capotes sur le tapis roulant de la caisse ou la demande d'une crème antifongique à la pharmacie !

Lire la suite

07/02/2017

Semaine S-36 : Tu seras architecte, ma fille !

chute.jpgConvaincue par ma mère que les « bonnes » humanités que j'avais faites pouvaient me mener à un glorieux avenir d'architecte, je me lançai donc dans ces études malgré ces cinq années à réussir qui me paraissaient une éternité.

L'avantage de l'Institut Supérieur d'Architecture Saint-Luc était que ce n'était pas l'unif' bien qu'offrant un diplôme équivalent au grade d'ingénieur architecte. Oui, bizarre d'aller se traumatiser à l'université alors qu'on pouvait s'éclater dans une école artistique pour le même accès à la profession.

Lire la suite

31/01/2017

Semaine S-37 : Le vrai Bio des années d'or !

jardin.jpg Je ne suis strictement allergique à rien de comestible, je ne comprends même pas comment on peut être sensible à tant d'aliments. Je mange de la viande, digère le gluten, je peux boire du lait et j'adore le fromage. Un œuf par jour ne me donne pas de cholestérol, pas de souci à saler (raisonnablement) mes mets, je bois du vin et de la bière.
Je crois finalement que je suis née au bon moment.

Lire la suite

23/01/2017

Semaine S-38 : Politique, Bobonne ronchonne grave !

bbb-fachee.pngBobonne a toujours dit que la politique l'intéressait dans la mesure où cette dernière s'intéressait à elle comme au reste de la population, n'y voyez pas d'égocentrisme.

La première fois qu'elle a pu, oui c'est un privilège, voter aux élections communales uniquement, elle avait 18 ans, alors que la majorité légale était encore de 21 ans (jusqu'en 1990), bizarrerie d'être admise à choisir un représentant sans être reconnue responsable de ses actes !

Auparavant, pour un enfant, le jour des élections, c'était un peu carnaval (pour beaucoup d'adultes aussi en fait).

Lire la suite

08/01/2017

Semaine S-40 : Des chats sachant chasser ...

chaton.jpgEh bien oui, je craque car je veux augmenter mon lectorat, et manifestement les animaux et plus particulièrement les chats, je l'ai toujours dit, vraie réussite de l'évolution biologique, séduisent malgré matraquage et redites.

C'est mignon un chat mais c'est en fait un animal sauvage devenu domestique par intelligence et donc intérêt (vous pouvez carrément y voir un second degré).

J'ai aimé tous mes chats, je vous en présente quelques uns des plus mémorables.

Lire la suite

12/12/2016

Semaine S-44 : Confessions de quinqua retombée en jeunesse !

age-tendre.jpgEh oui, j'en suis quasi gênée, le weekend passé je suis allée voir "Age tendre, la tournée des idoles", spectacle de gloires chantantes essentiellement seventies, pour ceux qui l'ignorent. Et pire, c'est la deuxième fois que je m'y compromettais ! A chaque fois ce fut un cadeau altruiste à une amie, beaucoup plus jeune que moi, fan de tout ce qui est ringard, euh vintage...

Lire la suite

04/12/2016

Semaine S-45 : Ô grand saint Nicolas !

stnic.jpgFête attendue des enfants remplissant les caisses des magasins de jouets en vidant celles de leurs parents, la Saint-Nicolas laisse cependant à tous des souvenirs émerveillés.

Comme pour tout, les choses évoluent et si aujourd'hui, les enfants n'ont qu'à, pour rédiger leur lettre jadis uniquement calligraphiée, découper les nombreux catalogues s'amoncelant dans les boîtes aux lettres et éventuellement aller saluer un grand saint à la barbe décollée et au manteau fatigué relégué dans un coin de supermarché, dans les sixties, on se déplaçait pour dévorer des yeux le rayon jouets des grands magasins et la mise en scène y était parfois carrément cinématographique.

Tous les liégeois se rappellent l'année 1965 où le Grand Bazar de Liège rendit hommage à Tintin qui venait de marcher sur la lune bien avant Neil Armstrong.

Lire la suite